alternative facebook

Nouvelle version majeure de Diaspora

Diaspora* 0.6 vient d’être publiée ce samedi 27 août 2016. C’est une grosse version pour ce réseau social décentralisé. On peut apprécier notamment un éditeur de Markdown visuel pour facilement mettre en forme ses publications, des thèmes de couleurs pour l’interface, la possibilité de rendre toutes les informations de son compte publiques (afin d’utiliser Diaspora comme un blog ou un site vitrine), la géolocalisation avec Open Street Map, la transformation de Diaspora* en fournisseur OpenID ou l’amélioration de la fédération dont le code vit maintenant dans un greffon à part.

Cet article, rédigé par votre serviteur et plusieurs contributeurs, a d’abord paru sur linuxfr. J’ai ici gommé quelques termes techniques.

Logo de diaspora*



Depuis quatre ans que le projet a été « remis dans les mains de sa communauté », depuis la dernière version majeure en mai 2015, ce sont 15 développeurs bénévoles qui ont travaillé pour nous apporter les fonctionnalités suivantes.

Utilisateurs

Éditeur de Markdown WYSIWYG

Diaspora utilise la syntaxe Markdown pour mettre en forme les publications. Avec l’intégration de bootstrap-markdown, un nouvel utilisateur n’est plus obligé d’apprendre sa syntaxe pour mettre en forme ses messages.

Animation de l'éditeur

Thèmes graphiques

Il est maintenant possible de choisir un thème graphique parmi une liste qui propose pour le moment :

  • le thème sombre par défaut
  • le thème sombre mais avec un fond blanc (comme avant)
  • noir et vert
  • magenta
  • bleu

Exemple d’un thème noir et vert pour mobile :

thème noir et vert pour mobile

Géolocalisation avec OpenStreetMap

On peut montrer sa géolocalisation avec OpenStreetMap :

Interface pour mobile

L’interface pour mobile a été améliorée : elle montre les sondages, la localisation des publications, permet de se connecter à d’autres services (Facebook, WordPress, Tumblr, Twitter) et de modifier ses paramètres de confidentialité. L’interface de bureau devrait bien s’adapter à votre téléphone également.

Le tchat : travaillé mais pour la v0.7

Le tchat (basé sur XMPP) est dans la branche « stable », il est activable par un administrateur de pod, mais il n’est pas fini. Il paraît qu’il est utilisable mais pas à grande échelle, donc il n’est pas inclus par défaut. Il est marqué pour la v0.7.

On peut noter que le tchat de Diaspora ne servira pas uniquement à parler avec les utilisateurs de Diaspora, mais à tout le monde. C’est à dire, on pourra ajouter des contacts qui ne font pas partie de nos contacts Diaspora.

Le tchat ne sera pas activé pour tout le monde par défaut, il faudra l’autoriser pour chaque groupe d’amis (ou aspet).

Interface

L’interface utilisateur utilise plus le « flat design » et propose une nouvelle page d’accueil.

Administration

Pour les administrateurs de pods, la page de modération a été re-pensée et une nouvelle page montre tous les pods avec lesquels le sien communique et l’état des connexions.

Code de la fédération ré-écrit et extrait dans une autre bibliothèque

Un gros travail a été fait également sur la partie fédération : « vous ne croirez pas le nombre d’améliorations qu’on a amenées au protocole. La fédération fonctionne maintenant comme elle le devrait – immédiatement, de manière sûre et invisible. Ce qui était la faiblesse de Diaspora* renaît comme sa plus grande force. ». « Cela signifie que vous pouvez inclure ce code dans votre application et elle sera capable de « parler » à Diaspora* ! »

Par exemple, la fédération des tags a été améliorée. Oui, car les tags n’étaient pas fédérés : les autres pods n’étaient pas au courant que nous suivons un tag, donc si nous n’étions pas abonnés aux messages du posteur, nous n’allions pas trouver les mêmes publications sur différents pods. Après quelques discussions et propositions, des améliorations ont été apportées.

La fédération des tags est maintenant en partie possible par l’intermédiaire des serveurs relais de posts publics. Un pod peut choisir de diffuser ses posts publics sur un serveur relai et de s’abonner à ce même serveur relai pour recevoir tout ou partie des posts publics des autres pods diffusant sur ce relai. La sélection peut être faite sur la base de tags définis par l’administrateur du pod et en ajoutant éventuellement les tags des utilisateurs.

Diaspora devient un fournisseur OpenID

Les développeurs de sites web peuvent maintenant placer un bouton « se connecter avec Diaspora ».

Ce qui est prévu

Évidemment plein d’autres choses sont prévues ou en discussion.

Depuis la version majeure 0.5.0.0, Diaspora* est passé à un rythme de publication d’une version mineure toutes les 6 semaines. On peut voir l’enchaînement des sorties de version sur github.

Les versions mineures servent à corriger des bogues et à peaufiner les fonctionnalités sorties dans une version majeure selon les retours des utilisateurs sans avoir à attendre une future version majeure. En effet, contrairement au cycle bien défini des versions mineures, les versions majeures ne sortent que « quand elles sont prêtes ». Cela a par le passé laissé des bogues gênants bien trop longtemps dans la branche stable master

Après la sortie de diaspora* 0.6, les développeurs ont eu une réunion sur IRC pour discuter notamment du contenu de la prochaine version majeure. On notera donc :

  • La continuation du travail sur la fédération, qui doit se faire sur plusieurs versions pour ne pas casser la compatibilité entre les pods
  • la stabilisation du front-end du tchat (suivre le sous-répertoire JSXC)
  • des améliorations pour les sondages
  • que Senya, après sa campagne participative réussie, continue à travailler à temps plein sur la migration de comptes (et tout problème qu’il rencontre sur sa route). On peut le suivre via son hashtag.

Et d’autres fonctionnalités sont réclamées et attendent leurs développeurs :

Conclusion

En chiffres, Diaspora* c’est 600 000 utilisateurs, 300 pods d’actifs, 16 500 comptes d’actifs dans le mois, 55 000 dans les derniers 6 mois, Framasphere, le pod mis en place par Framasoft dans le cadre de dégooglisons Internet, étant le 5^e plus gros pod en nombre total d’utilisateurs inscrits, le 3^e plus gros en nombre d’utilisateurs actifs sur le dernier mois et le 1^er pod en nombre d’utilisateurs actifs sur les 6 derniers mois.

Pour un nouveau venu, il pourrait manquer des galeries photos proprement dites, un tchat ou des groupes, mais le développement est actif, et si l’idée d’un réseau social libre et décentralisé nous est chère on peut s’en passer. En attendant Diaspora fonctionne très bien et est agréable à utiliser. Même s’il n’y a pas tous vos amis il y a bien assez de contenu pour procrastiner (utilisez les tags, exemple : « #pictureoftheday »). Et, svp, pas besoin de marmonner que « ça sert à rien, y’a personne » : créez un compte, essayez, utilisez Diaspora* en parallèle de ce que vous voulez, invitez des amis, re-re-re-invitez des amis, créez des tags pour une activité que vous suivez assidûment et demandez d’inclure le lien vers Diaspora* à côté du lien vers Facebook dans la lettre de votre association : ça marche et ça intéresse !

Annexe : outils externes

Publicités

Salut à Toi avance. À soutenir !

Nous n’avons jusque là pas parlé de Salut à Toi en ces pages car, selon leur aveu même, ils ne sont pas prêts pour le grand public. Cependant, ils ont besoin d’un petit coup de pouce maintenant !

Salut à Toi (SàT) est un « outil de communication multi-usages, multi-interfaces, libre et décentralisé ».

SàT, c’est un outil de communication qui veut fonctionner avec plusieurs interfaces: une interface web, une interface de bureau, une interface en ligne de commande,… en manque-t-il une ? Comme tout service distribué, comme Diaspora ou Movim, le but est que chacun puisse installer le logiciel sur son serveur web et toujours communiquer avec le monde entier (comme le mail). À la différence de Diaspora et comme Movim, SàT repose sur un protocole de communication bien défini et déjà utilisé, jabber (ou XMPP). Et à la différence de Movim, il se montre plus revendicatif et ambitieux. Car SàT a une charte qui définit clairement ses engagements, et ils ne veulent pas être reclus à une interface web. Et ce dernier point permettrait d’élargir le champ d’application de jabber, par exemple on pourrait l’utiliser en interface avec le mail, ou carrément comme une alternative au mail, avec l’avantage de réduire le spam.

Mais les deux développeurs, qui y travaillent depuis maintenant 2 ans à temps plein (2? j’ai pas pu vérifier) de manière bénévole, ont créé une association et ont lancé une campagne de financement participatif pour aider à financer l’interface de bureau et surtout, une version Android. Leur campagne est modeste car ils aimeraient 3 000€. Mais surtout, des inscriptions à leur association et des signes de soutien.

affiche de salut à toi

Personnellement, je pense qu’il faut vraiment les soutenir. Il ne s’agit pas que d’un « réseau social libre et distribué ». Les développeurs ont à abattre un travail de fond phénoménal qui profitent à tous les projets utilisant XMPP. Un travail caché sur les couches basses de l’application, sur les implémentations côté serveur du protocole XMPP et même plus en amont, sur les spécifications du protocole, qu’ils améliorent et complètent. Ils écrivent des papiers techniques, demandent les retours du groupe de travail international, vont le rencontrer, développent des versions de référence, etc. Et ensuite, ils développent des interfaces graphiques pour qu’on puisse communiquer et ne pas voir que c’était compliqué 🙂

Cependant il est clair que le projet est jeune, dans le sens où je ne vois pas encore de fonctionnalité qui le distingue (à part jouer au tarot et ses références à la commune de Paris !). C’est pour cela que nous ne l’avons pas cité dans notre brochure.

Mais ils nous ont promis une version prête pour le grand public « dans quelques semaines » !

Agenda, documents partagés et plus avec Kune

Kune, une collection d’outils libres, distribués et faciles à utiliser pour s’organiser.

Table of Contents

Quand un groupe de personnes souhaite travailler ensemble, ils commencent certainement par créer un groupe sur Facebook ou Google Group. Lorsqu’ils veulent communiquer sur ce qu’ils font, ils utilisent WordPress ou Blogger. S’ils veulent partager des fichiers, ils créent un compte Dropbox; pour se faire de la publicité ils utilisent Facebook ou Twitter, pour leur gallerie photos ce sera Picasa, et Youtube ou Vimeo pour leurs vidéos. S’ils veulent écrire des documents à plusieurs, ils utilisent Google Docs, et certainement Google Agenda. Et pour lier le tout, ils utilisent quotidiennement le mail (avec leurs comptes Gmail, Yahoo ou Hotmail). Tous ces services sont commerciaux, non libres, centralisés, bourrés de publicité… et nous le savons: si on ne paye pas, c’est que nous sommes le produit.

 Il arrive qu’un groupe refuse d’utiliser ces outils commerciaux et demande à des techniciens (c’est à dire… des geeks) de les aider à utiliser des outils libres. Et le groupe devient dépendant de quelqu’un. La configuration d’une mailing liste avec mailman demande des compétences techniques, alors que tout le monde peut utiliser Google Group. Il y a un clair problème d’usabilité. Nous avons besoin d’outils libres qui puissent remplacer tous ceux cités plus haut, mais qui soient aussi faciles à utiliser. Kune a la prétention d’être un de ces outils.

1.1 Fonctionnalités

Kune (qui veut dire «ensemble» en espéranto) permet à un groupe de:

  • communiquer (par messagerie, par liste de discussion et par tchat compatible avec Gmail/Jabber), –
  • partager ou éditer collaborativement des documents,
  • partager un agenda (compatible avec Thundebird et d’autres),
  • créer une gallerie de photos, vidéos, cartes et autres,
  • partager une liste de tâches,
  • créer un wiki, un «doodle»,
  • proposer des échanges de biens ou services,
  • créer son blog ou son site (bientôt),

On peut le voir comme une alternative à Google Docs, Google Agenda, Dropbox, au mail, à Facebook, à Flickr, Picasa, Youtube et à WordPress !

Vous bouillez d’impatience ? Allez créer un compte sur http://www.kune.cc, c’est instantané (il n’est même pas obligatoire de confirmer le mail demandé). Kune.cc est un «nœud» du réseau, maintenu par ses créateurs.

agenda partagé sur kune

confirmer sa venue sur l’agenda partagé

Kune est donc un site web, que chacun peut installer. Mais Kune forme un réseau car chaque utilisateur qui s’est inscrit sur un site du réseau Kune peut communiquer et travailler avec n’importe quel autre utilisateur et groupe, même s’il s’est inscrit via un autre site (cela fonctionne à la manière des emails). Kune est donc un réseau distribué, et c’est un logiciel libre, ces deux conditions garantissant l’indépendance des utilisateurs et la résistance intrinsèque à la censure.

Kune est basé sur Apache Wave, anciennement Google Wave, dont nous vous rappelerons l’existence dans un instant.

1.2 Quelques tests

Kune est très facile d’usage. On trouve rapidement quatre espaces sur le site:

  • la page d’accueil de son nœud (kune.cc). On y crée des groupes (des projets), on y voit l’activité de ses groupes,…
  • la boite de réception. On y récupère les messages de notification de l’activité.
  • la page du groupe, où l’on peut créer tous les documents (sélectionner le groupe est un peu moins visible mais on fini par le trouver)
  • et enfin, l’espace public, où l’on pourra avoir un apperçu de notre site ou de notre blog (cette fonctionnalité est en développement)

Notre petite déception est que la gallerie de photos est une blague: elle est basée sur Picasa ou Flickr (oui, il faut rentrer un nom d’utilisateur de Picasa ou de Flickr). De plus elle ne marche pas actuellement. Même chose pour l’inclusion de vidéos: on inclu des vidéos de youtube… (heureusement, MediaGoblin arrive)

Les wikis ne sont également pas de vrais wikis. C’est un document que toute personne (de Kune.cc) peut éditer, au lieu des menbres du groupe pour les documents.

Enfin, le fait que l’interface repose exclusivement sur du JavaScript ne plait pas à notre version de Firefox (26.0). Il y a quelques gadgets que nous ne pouvons pas voir (tels que la gallerie ou le détail d’un évènement du calendrier).

Sinon, le reste rempli ses promesses ! Les documents, le calendrier, les listes de discussions, les listes de tâches, le tchat sont pleinement opérationnels !

1.3 Historique du projet

Kune est un projet, espagnol à l’origine, actif depuis 2002. Ses créateurs géraient la plateforme OurProject.org (qui fourni(ssait?) hébergement de sites, mailing listes etc), et étaient embêtés que cela recquiert tant de compétences techniques. D’où cet effort. Kune est dans sa phase «Beta»: ses créateurs le considèrent assez stable et complet pour être utilisé quotidiennement par des utilisateurs «lambdas», mais pas assez mature pour être utile à de plus grosses organisations comme le Forum Social Mondial, qui a déjà exprimé son intérêt envers Kune.

1.4 Aspects techniques

Kune est installable avec un paquet debian
Kune est écrit en GWT (Google Web Toolkit), c’est une «single page application» qui repose sur des requêtes javascript asynchrones (Ajax).
Kune peut être étendu par des extensions et par des «gadgets» qu’il est possible d’écrire en python, javascript et java. Kune n’implémente pas la fédération avec OpenID, OAuth ou OStatus comme Lorea/n-1, mais avec le Wave Federation Protocol (une extension du protocole XMPP), en utilisant Apache Wave, le nouveau nom de Google Wave. Google Wave a été lancé en 2010 et a été fermé 2 ans plus tard.
Kune vit sur gitorious mais dispose d’un mirroir sur github. Le développement est actif.

Pour rappel, Google Wave ressemblait à ceci: http://www.organicdesign.co.nz/Wave, http://fr.wikipedia.org/wiki/Google_Wave

on trouve des revues de l’époque : http://www.zdnet.com/blog/hinchcliffe/first-impressions-of-google-wave/560

et des essais d’explication de l’échec: http://readwrite.com/2010/08/04/google-waves-demise-has-its-up#awesm=~osha1sU9CcK8wb et ici http://readwrite.com/2010/08/04/google_wave_is_dead#awesm=~oshb9XUpQwWCLc

L’explication simple de l’interface trop fouillée nous semble bonne…

1.5 Comparaison avec Lorea/n-1 et Crabgrass

Kune ressemble beaucoup à Lorea/n-1 et à Crabgrass.

Crabgrass n’est cependant pas un réseau fédéré, mais reste très utile à l’organisation de groupes (stockage et édition de documents, etc), et nous aimons son interface habituelle: c’est du html. Il ne possède pas d’agenda partagé.

n-1 et Kune sont plus similaires. D’après ses créateurs, Kune met l’accent sur la collaboration interactive: n-1 permet l’écriture collaboration de pads (etherpad), mais ils sont juste du texte, et demandent un peu d’administration pour leur création, alors que les documents de Kune peuvent contenir de la mise en page riche, des images, des vidéos, etc. À étudier.

En tous les cas, voici un beau projet à faire connaître et à surveiller attentivement !

Movim 0.7 – alternative à facebook

En ce beau mois de juillet, une nouvelle version de Movim est parue, et avec elle font leur apparition de nouvelles fonctionnalités réjouissantes, dont notamment la très attendue : l’upload de photos ! Mais en fait, c’est quoi Movim ?

Movim est:

  • un «réseau social» (créé et développé par un étudiant français). On y a un profil, on poste des messages sur son mur, on envoie des messages à ses contacts, on publie un blog, on discute avec la messagerie instantanée,…
  • un réseau basé sur le protocole de communication Jabber (XMPP). Si vous avez un compte Jabber, vous avez déjà un compte Movim.
  • (par conséquent) *un réseau distribué*: chacun peut installer Movim sur son propre serveur et communiquer avec tous les utilisateurs du réseau. Un peu comme le mail, ou un réseau pair-à-pair. Et si vous n’avez pas encore votre serveur (comment ça non ?), vous pouvez créer votre compte sur une des plateformes existantes. Vous aurez compris l’avantage extraordinaire, comparé à Facebook et autres réseaux centralisés: ce n’est pas une seule entité qui héberge, contrôle, espionne, censure et vend les comptes de tous ses utilisateurs. C’est personne, puisque qu’il n’y a pas d’entité centrale. Certaines personnes parlent très bien des enjeux pour notre société.
  • un logiciel libre

vue du profil sous Movim

La version 0.7 nous apporte donc:

  • la page Média, pour uploader des photos (pour l’instant, 20Mo de stockage par défaut)
  • la gestion de groupes, qui permettent de créer des «flux» d’actualités autour d’un sujet, un peu comme un forum, et toujours de manière décentralisée et standardisée (en suivant les règles du protocole XMPP), afin de permettre la communication éventuelle avec d’autres gens que Movim. L’idée étant qu’étant sur Movim, on puisse échanger des informations avec, mettons, des gens sur Diaspora, Friendica ou n-1. Imaginez un peu Facebook et Google se mettre d’accord…
  • le tchat peut être externalisé dans une fenêtre popup. (pour la liste complète des nouveautés: http://edhelas.mov.im/blog/index.php?post/2013/05/10/Movim-0.7,-quelques-nouvelles-de-la-prochaine-version )

Movim s’étoffe et devient vraiment sympa à utiliser. Allez vite créer un compte sur un des pods disponibles !

Movim n’est donc pas la seule alternative à Facebook. Il est très fonctionnel, très clair, mais dispose encore de moins de fonctionnalités que les autres sus-cités. Et vous avez le
droit de ne pas aimer les réseaux «sociaux», vous ne seriez pas les seuls 😉